Dimanche, 17 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à des journalistes lors de la 4e réunion ministérielle UE – Ligue arabe (Le Caire, 20.12.16)

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à des journalistes lors de la 4e réunion ministérielle UE – Ligue arabe (Le Caire, 20.12.16)

mercredi, 21 décembre 2016

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à des journalistes lors de la 4e réunion ministérielle UE – Ligue arabe (Le Caire, 20.12.16)Dans mon exposé présenté lors de la réunion ministérielle j’ai expliqué qu’il existait deux domaines de coopération entre l’Union européenne et le monde arabe. Le premier consiste à rechercher des solutions à des conflits existants, plus ou moins violents, comme le conflit israélo-palestinien et la question de la création de deux Etats ainsi que les conflits armés en Irak et en Syrie, où la guerre doit cesser.

Vous savez que j’ai toujours été en faveur du développement d’un mouvement contre la guerre. Malheureusement, cela manque à l’Europe, notamment à la gauche de l’Europe, c’est pourquoi la discussion se limite aux conséquences de la guerre avec notamment la crise des réfugiés. J’ai par ailleurs mentionné la nécessité de soutenir et de reconnaître le gouvernement national en Libye et j’ai souligné combien il était important d’intégrer toutes les forces du pays dans un système politique unique.

Le deuxième domaine de coopération entre l’UE et le monde arabe concerne ce qui est désormais prénommé « l’esprit de Rhodes ». D’ailleurs c’est ainsi que l’appelle des collègues arabes et ce concept est axé sur l’agenda positif que nous devons promouvoir. Nous ne pouvons pas, à chaque fois, axer exclusivement nos discussions sur les conflits dans la région puisque cela ne procure aucune perspective d’avenir aux populations de ces pays et notamment à la jeunesse.

Dans le cadre de cet agenda positif, nous devrons développer des systèmes de coopération dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la recherche et de l’économie. Il est nécessaire d’organiser des semaines d’amitié et de culture entre les pays. De créer des réseaux de coopération dans différents domaines, allant des transports jusqu’aux universités et aux centres de recherche. Je pense que ces réseaux et coopérations viendront renforcer la stabilité et la sécurité de la région plus que les interventions que nous proclamons en permanence dans le cadre de nos réunions.

Je me suis par ailleurs référé à trois grandes initiatives de la Grèce allant dans ce sens, à savoir: a) les coopérations tripartites avec l’Egypte, la Jordanie, le Liban et la Palestine, auxquelles la Grèce et Chypre sont des participant permanents, b) la conférence internationale sur la coexistence pacifique des religions au Moyen-Orient, qui sera organisée pour la deuxième fois dans le courant de l’année 2017, en coopération avec l’Autriche, la Jordanie et les Emirats arabes unis et c) la Conférence de Rhodes sur la sécurité et la stabilité qui se tiendra de nouveau en mai 2017. Force est de noter que mes homologues d’Irak, du Kuweit et de Tunisie, ainsi que le Secrétaire général de la Ligue arabe ont accepté avec joie les invitations de venir visiter notre pays prochainement et de participer personnellement à la Conférence de Rhodes. Pour ma part, j’ai accepté les invitations de l’Irak, de la Tunisie et du Kuweit d’effectuer des visites dans ces pays.

En outre, nous avons discuté de la coopération entre les ministères des Affaires étrangères et notamment, entre nos directions politiques, tandis que nous avons examiné l’éventualité de développer une coopération interministérielle et de valoriser l’expérience de la Grèce sur des questions ayant trait à l’Union européennes. Tous mes interlocuteurs ont salué notre position à l’égard de toute une série de questions, dont l’Egypte et la visite que nous avons effectuée récemment en Libye. Je vous remercie.