Samedi, 27 Mai 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à l’issue de sa rencontre avec son homologue arménien, E. Nalbandian (Erevan, 10/3/2017)

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à l’issue de sa rencontre avec son homologue arménien, E. Nalbandian (Erevan, 10/3/2017)

dimanche, 12 mars 2017

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à l’issue de sa rencontre avec son homologue arménien, E. Nalbandian (Erevan, 10/3/2017)J’aimerais remercier Eduard pour son accueil chaleureux ici, en Arménie, et pour notre coopération, pendant toutes ces années dans les enceintes et les organisations internationales. Aujourd’hui, comme hier, nous avons eu une rencontre très constructive lors de laquelle nous avons abordé toutes les questions internationales et bilatérales d’intérêt mutuel.

Comme vous le savez, nous fêtons cette année le 25e anniversaire de l’établissement de nos relations diplomatiques, mais cela ne concerne que nos Etats modernes, car comme j’ai coutume de le dire, nous entretenons des relations diplomatiques non officielles depuis des milliers d’années.

Nous avons examiné les moyens visant à développer nos relations dans tous les domaines. Il existe trois asymétries dans nos relations : nous avons des sentiments beaucoup plus forts que nos relations dans la pratique, ce qui signifie que nous nous apprécions mutuellement, en tant que pays, mais que nos relations n’ont pas été suffisamment approfondies. Nous entretenons de très bonnes relations politiques, mais nos relations économiques laissent à désirer et, enfin, nous avons toujours eu la volonté de coopérer mais de notre côté, en tant que pays, nous n’en n’avons pas fait assez. Ainsi, nous sommes convenus de trouver le moyen de créer les institutions dont nous avons besoin pour notre coopération et dresser le bilan de tous nos traités et accords afin de décider ce que nous devons faire et quelles initiatives entreprendre ou réactiver.

Nous estimons qu’il existe de nombreuses possibilités de développement sur le plan commercial et des investissements. D’ailleurs, nous avons décidé d’organiser, à la fin de cette année, un forum d’affaires, ici à Erevan, où se rendront des entreprises grecques en vue de rechercher des modes de coopération et d’investissement dans des secteurs comme l’énergie, la santé, les télécommunications, les constructions, etc.

Aussi bien pour moi que pour Eduard, les relations diplomatiques ne concernent pas seulement les échanges économiques. Des relations sont établies dans d’autres domaines tout aussi importants, comme l’éducation, la culture, la coopération entre les universités et les centres de recherche.

Nous avons par ailleurs abordé les moyens visant à approfondir notre coopération dans le secteur du tourisme. Nous aimerions voir plus d’Arméniens visiter les îles grecques et plus de Grecs visiter ce beau pays qu’est l’Arménie.

Nous avons par ailleurs étudié des moyens de coopération concernant des questions ayant trait à l’UE et notamment l’approfondissement de la relation UE – Arménie. Comme vous le savez, nous sommes l’un des membres les plus anciens de l’UE avec une très grande expérience et tradition.

Nous voulons trouver des moyens permettant de renforcer notre coopération bilatérale sur des questions européennes. Parmi les questions les plus importantes figure celle liée au régime de visas. Nous devons consentir des efforts communs dans ce domaine afin qu’un dialogue constructif soit lancé de la part de l’UE sur la question de la libéralisation des visas pour les ressortissants arméniens.

En outre, nous avons débattu de la coopération entre la diaspora grecque et arménienne. Si nos deux pays ne sont pas aussi grands en terme de taille – je dirais plutôt que ce sont deux pays de petite ou de moyenne taille – nous disposons de diasporas très importantes.

Notre discussion a également porté sur d’autres questions, outre celles de notre coopération bilatérale. Nous avons abordé d’importantes questions régionales, telles que la question chypriote et celle du Nagorno Karabakh. S’agissant de cette dernière question, nous soutenons les pourparlers de paix, le processus de paix et les efforts consentis par la coprésidence du Groupe de Minsk dans le cadre de l’OSCE. Nous soutenons la sécurité et la stabilité des régions en crise.

Edward je voudrais encore une fois te remercier de la discussion que nous avons eue mais aussi de toutes les actions que tu as entreprises en vue d’améliorer nos relations bilatérales.

Je voudrais aussi faire part de mes remerciements les plus chaleureux au peuple arménien.

Je vous remercie !