Samedi, 21 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Déclarations du ministre des Affaires étrangères, Nikos Kotzias lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de Libye, Mohamed Taha Siala (Tripoli, 28 novembre 2016)

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, Nikos Kotzias lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de Libye, Mohamed Taha Siala (Tripoli, 28 novembre 2016)

lundi, 28 novembre 2016

Déclarations du ministre des Affaires étrangères, Nikos Kotzias lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de Libye, Mohamed Taha Siala (Tripoli, 28 novembre 2016)Ν. ΚΟΤΖΙΑS : J’aimerais remercier Mohammed et Monsieur le Premier ministre pour leur accueil. Les peuples de Libye et de Grèce partagent une très longue histoire commune et ont de nombreux points communs dans leur civilisation. Je me suis entretenu avec le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères de la Libye, aujourd’hui, sur notre coopération dans de nombreux domaines, notre coopération concernant les objectifs économiques que nous nous sommes conjointement fixés, la formation des gardes-côtes en Libye, la création de réseaux entre les universités et les centres de recherche.

Nos discussions ont été axées sur la coopération entre nos deux ministères, notamment dans les domaines ayant trait à l’intégration européenne. Nous avons  invité des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de la Libye à venir en Grèce, valoriser notre expérience et notre savoir-faire sur des questions liées à l’Union européenne. Nous avons discuté de la situation dans notre région et de nos intérêts communs pour la sécurité et la stabilité en Méditerranée et j’ai invité mon confrère à venir à Athènes. Ce sera pour nous un grand plaisir de l’avoir avec nous. Et j’aimerais encore une fois vous remercier pour cette invitation et l’occasion qui m’a été donnée de visiter la Libye.

JOURNALISTE : Question relative aux relations Grèce – Libye.

Ν. ΚΟΤΖΙΑS :  Tout d’abord, nous avons l’intention de rouvrir notre ambassade ici à Tripoli en 2017. Deuxièmement, concernant l’Egypte, nous entretenons depuis longtemps une relation d’amitié avec le peuple de ce pays. Comme je le dis toujours à nos amis européens et américains, une histoire commune de 5-7 milliers d’années nous unis avec tous les pays de la Méditerranée. Nous avons tout fait avec ces pays, des guerres, la paix, nous avons conclu des accords, nous avons organisé des conférences. Il y a tous les types de sentiments, tous les types d’actions.

Aujourd’hui, nous sommes amis et essayons d’être amis avec tous ces pays. C’est une situation dont tout le monde peut tirer parti. Nous sommes toujours ici pour aider et faciliter les relations entre les pays, qu’elles soient amicales ou non. Nous pouvons être un acteur très utile et un ami pour tous. Pour l’Egypte, la Libye et nous pouvons être très utiles pour la stabilité et la sécurité dans la région. Nous pouvons également soutenir la Libye et l’Egypte. En ce qui concerne la Libye, nos discussions ont porté sur la Libye et ses relations avec l’Union européenne. Comme vous le savez, les parents, souvent, n’ont pas qu’un seul enfant mais plusieurs et ils les aiment tous de la même façon. De la même façon, nous aimons tous les pays de la région.

JOURNALISTE : Quelle est l’avis de la Grèce concernant l’accord politique au niveau interne en Libye ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Nous sommes amis de la Libye et soutenons tout ce qui peut apporter la paix et la stabilité dans ce pays. Et c’est la raison pour laquelle nous soutenons le gouvernement de la Libye.