Mercredi, 13 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Discours du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias lors du dîner offert en l’honneur des Primats, en vue de la réunion du Saint et Grand Concile de l’église orthodoxe (Crète, 16 juin 2016)

Discours du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias lors du dîner offert en l’honneur des Primats, en vue de la réunion du Saint et Grand Concile de l’église orthodoxe (Crète, 16 juin 2016)

jeudi, 16 juin 2016

Discours du ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias lors du dîner offert en l’honneur des Primats, en vue de la réunion du Saint et Grand Concile de l’église orthodoxe (Crète, 16 juin 2016)Saintetés, Béatitudes et Eminences,

C’est un grand honneur pour nous de recevoir cette année votre famille au sein de laquelle des milliers de personnes trouvent soulagement et optimisme pour l’avenir.

Nous vivons dans une époque difficile que nous appelons, en utilisant un terme universitaire, « mondialisation ». C’est une époque marquée par de grands changements liés au mode de vie des personnes. Elle est dans une large mesure une période transitoire et cela fait naître chez les milliers, les centaines de milliers de personnes de nouveaux besoins mais aussi des sentiments d’insécurité pour leur sort. Et le discours consolateur de l’église leur est nécessaire car c’est dans ce discours qu’ils puisent des forces pour pouvoir vivre dans ce monde.

Nous - dont moi que vous honorez aujourd’hui en ma qualité de ministre des Affaires étrangères et représentant de notre pays - sommes unis par cette mission visant à prendre soin d’autrui. Vous, à travers votre œuvre sociale et nous, à travers nos actions et nos efforts pour répondre aux aspirations et aux espoirs des personnes, sommes la preuve que les autorités séculières et l’Eglise peuvent et doivent emprunter le même chemin pour résoudre les problèmes des fidèles, des citoyens et assurer une meilleure vie à tous.

En tant qu’Eglise vous enseignez – et j’incite toujours de le faire tous ensemble – la solidarité, la bienfaisance envers les enfants, les personnes âgées qui se trouvent confrontées à la vie elle-même et envers la plupart des personnes qui se battent au quotidien.

Laïcs et Eglise sont dans ce parcours commun en faveur des personnes, des citoyens, des fidèles, un pôle fraternel axé sur les grandes valeurs que vous préconisez, des valeurs léguées de l’Eglise, telles que la bienfaisance, l’amour et l’altruisme, qui doivent être traduites dans des actes, ce qui est valable tant pour nous que pour les autres.

Votre Sainteté,

L’époque contemporaine est difficile, les hommes cherchent, avec leur âme et leur esprit, des réponses à leurs problèmes. C’est pourquoi nous pensons et espérons que cette grande réunion de l’Orthodoxie donnera de l’espoir, guérira leurs malheurs et donnera la possibilité à vos fidèles de prier pour vous et aux citoyens d’autres pays où il y a des églises orthodoxes d’entretenir de l’espoir et de comprendre le message de l’église.

C’est pour moi personnellement un grand honneur que vous ayez accepté d’assister à ce dîner en vue de discuter de la façon dont nous pourrons en tant que serviteurs du peuple, œuvrer pour son intérêt et assurer une encore plus grande diffusion, à travers notre comportement tangible, des valeurs universelles. Et comme j’ai coutume de dire à Vous et aux autres personnalités éminentes des églises orthodoxes, vous êtes notre suprême interlocuteur dans cette recherche spirituelle mais aussi un grand pilier de cette œuvre sociale que nous devons tous accomplir.

Je vous remercie de l’honneur que vous m’avez fait d’accepter cette invitation et je voudrais aussi remercier tous qui, par leur présence, honorent l’Etat grec. Je vous promets encore une fois que nous soutiendrons les besoins des fidèles, les efforts que vous consentez envers lesquels nous éprouvons un profond respect, tout en étant conscients de la nécessité de préserver l’unité de l’Eglise et de la nécessité que l’Eglise et son discours soient une source d’inspiration pour nous tous.

Il n’est pas nécessaire d’être pratiquant ou croyant pour comprendre ces grandes valeurs universelles qui concernent tous, fidèles ou non, qui à travers leur attitude à l’égard de la vie, sont des personnes qui vivent comme des chrétiens, des personnes qui mènent une vie régie par des règles morales.

Je vous remercie de l’honneur que vous m’avez fait et de l’affection avec laquelle vous m’accueillez toujours au sein de votre famille. J’ai beaucoup de chance de pouvoir m’asseoir à cette table avec vous tous.

Je vous remercie tous de votre présence.