Mardi, 25 Juillet 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Discours de G. Katrougalos, ministre délégué aux Affaires étrangères, à l’occasion du 60e anniversaire de l’Union européenne

Discours de G. Katrougalos, ministre délégué aux Affaires étrangères, à l’occasion du 60e anniversaire de l’Union européenne

mardi, 09 mai 2017

La célébration de la Journée de l’Europe coïncide avec un autre moment crucial pour notre continent, la victoire des peuples contre le fascisme. «La noble vision de l’Europe unie reflétait avant tout le souci des Européens de ne plus voir la guerre et le fascisme sur notre continent», a souligné M. Giorgos Katrougalos, lors d’une manifestation spéciale à l’occasion de la Journée de l’Europe et du 60e anniversaire de la signature des Traités de Rome, organisée par le ministère des Affaires étrangères et la représentation de la Commission européenne à Athènes, au Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos.

«Aujourd’hui,  soixante ans après, l’Europe connait la plus longue période de paix, malgré la parenthèse tragique des guerres qui ont suivi la désintégration de la Yougoslavie», a affirmé le ministre délégué aux Affaires étrangères  et il a ajouté qu’en dépit du fait qu' il y a toujours des risques, les pays de l’Europe sont dirigés par des gouvernements démocratiques et non pas par des dictatures.

Malgré cela, l’Europe est actuellement confrontée  à un moment crucial pour son existence et à une grave crise de légitimité. «Nous sommes la première génération d’Européens», a indiqué M. Katrougalos, «à craindre que la vie de nos enfants ne soit pire que la nôtre. Cette crise est due aux politiques d’austérité néolibérales qui corrodent le Modèle social européen et intensifient les inégalités à l’intérieur des Etats et entre eux.

Pour lutter contre cette situation, les politiques qui ont échoué doivent être supprimées et l’Europe doit retrouver son âme. «Appliquer des mesures d’austérité sans stimuler la croissance, crée des obstacles insurmontables», a signalé le ministre délégué aux Affaires étrangères. Le débat sur l’avenir de l’Europe s’est d’ores et déjà ouvert. L’Union européenne doit sortir plus forte de ce processus et surtout dans sa dimension sociale et démocratique.

Dans ce cadre, M. Katrougalos a évoqué à titre indicatif, la pleine européanisation du Mécanisme européen de stabilité en tant que Fonds monétaire européen et la promotion de mécanismes de responsabilité de ce dernier et de l’Eurogroupe devant le Parlement européen. Il a également salué la proposition de la Commission européenne concernant la mise en place d’un nouveau pilier des droits sociaux, tout en signalant toutefois que cette proposition devrait devenir plus ambitieuse et spécifique.