Lundi, 18 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Discours prononcé par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, E. Vénizélos lors de la 44e séance plénière de l’Assemblée parlementaire de l’OCEMN (9.12.14, Parlement hellénique)

Discours prononcé par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, E. Vénizélos lors de la 44e séance plénière de l’Assemblée parlementaire de l’OCEMN (9.12.14, Parlement hellénique)

mardi, 09 décembre 2014

Nous vous communiquons ci-après le texte du discours prononcé aujourd’hui par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Evangelos Vénizélos lors de la 44e séance plénière de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation de Coopération économique de la mer Noire (OCEMN) :

« Vos Excellences Messieurs les Ambassadeurs des Etats membres de l’Organisation de Coopération économique de la mer Noire, Présidents et Représentants distingués des organes parlementaires des Etats membres de l’Organisation de Coopération économique de la mer Noire, M. le Secrétaire général, M. l’ancien Président du Parlement hellénique, Mesdames et Messieurs, chers collègues,

Je vous souhaite à mon tour la bienvenue en Grèce et vous accueille au Parlement hellénique, non seulement en ma qualité de vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, mais aussi et surtout en ma qualité de membre du Parlement hellénique et de Président du PASOK.

Je suis particulièrement heureux car l’Assemblée parlementaire de l’OCEMN se réunit aujourd’hui en séance plénière, à quelques jours de la réunion au sommet des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCEMN, qui se tiendra le vendredi 12 décembre à Thessalonique. Cette réunion au sommet marque le point culminant de la présidence grecque de l’OCEMN qui s’apprête à passer le relais à la présidence moldave pour que puissent se poursuivre nos efforts communs en vue de maintenir et de pérenniser le rôle de cette Organisation.
A l’heure actuelle, la région de la mer Noire est le théâtre de tensions et de crises. Toute l’attention est focalisée sur les questions de sécurité, d’équilibre, de coexistence, les questions liées à l’interprétation et à l’application du droit international. Il existe toutefois des enceintes internationales, des organisations internationales dans le cadre desquelles nous pouvons discuter et essayer de régler ces questions.
Nous avons eu l’occasion, la semaine passée, dans le cadre de la réunion au sommet des ministres des Affaires étrangères de l’OSCE qui s’est tenue à Bâle, en Suisse, d’aborder ces questions. Et bien entendu, la Grèce, en tant qu’Etat membre de l’UE, en tant qu’ancien membre de l’OTAN, discute de ces questions, saisissant toutes ces occasions. Mais surtout, nous développons avec constance, de manière tout aussi systématique que continue, dans le respect de nos interlocuteurs, le réseau complet de nos relations bilatérales avec tous les Etats membres de l’OCEMN.
Pour nous, ces relations bilatérales revêtent une importance capitale et constituent le fondement de notre coopération multilatérale au sein de l’Organisation de Coopération économique de la mer Noire.

L’OCEMN – vous le savez mieux que moi – a une valeur ajoutée : c’est une organisation à caractère économique. Elle nous permet de ce fait, en axant notre attention sur les questions d’économie et de développement, de contribuer indirectement et efficacement au désamorçage des crises, à la résolution des différends et à l’instauration de la paix, de la stabilité, de la croissance dans la région élargie relevant de l’Organisation de Coopération économique de la mer Noire.

Notre Organisation couvre une région de 350 millions d’habitants, un marché immense, un potentiel de production immense. Nous avons donc la possibilité – et votre présence ici en atteste – de valoriser les perspectives offertes à long terme, de surmonter les difficultés pour pouvoir tracer notre parcours futur, et ce, toujours dans un objectif de paix, de stabilité et de croissance, de prospérité pour les peuples, les nations et nos citoyens.
Tel était le principal objectif de la présidence grecque au cours du semestre qui s’achève. Bien entendu, il y a toujours les problèmes techniques. Nous avons eu l’occasion, lors de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’OCEMN, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York en septembre, de discuter de certaines interventions qui pourraient renforcer l’efficacité de l’Organisation. Et en effet, grâce à l’aide du Secrétariat et de tous les Etats membres, je pense que tout le monde a pris conscience du fait que des interventions doivent être faites, des interventions qui permettent de simplifier l’Organisation, de la rendre plus opérationnelle, plus efficace, et ce, dans l’intérêt des peuples.
La coopération productive et fructueuse entre les Etats membres, le Secrétariat permanent de l’OCEMN et l’Assemblée parlementaire a toute son importance. Il y a toutefois d’autres organes associés, comme le Conseil d’affaires et les deux entités siégeant en Grèce, la Banque de commerce et de développement de la mer Noire et le Centre international d’Etudes de la mer Noire.
Je pense que les fruits de ces efforts commencent à être visibles, avec par exemple le mode de fonctionnement des groupes de travail et notamment le fait que l’OCEMN est devenue une Organisation axée sur une orientation pratique. A savoir l’orientation de la planification, du financement et de l’application de projets de développement bien précis, que nous pouvons, lorsque nous en concevons l’idée, financer en coopération avec l’UE, avec la Banque européenne d’investissement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement ainsi que d’autres sources de financement régionales et internationales.
Certes, vous, l’Assemblée parlementaire de l’OCEMN, les représentants des parlements nationaux, êtes la voix forte, authentique et démocratique des peuples des Etats membres. C’est pourquoi, il est particulièrement important de mettre en évidence l’institution de l’Assemblée parlementaire en tant qu’institution représentative mure qui garantit le caractère économique et de développement de l’Organisation. Tout ce qu’a évoqué le Président du Parlement hellénique concernant le tourisme, l’énergie et les réseaux qui se développent, va de soi et est communément admis.

L’application dans la pratique se heurte à des difficultés et ce, parce qu’il existe des problèmes d’ordre juridique corrélés aux ordres juridiques structurels des Etats membres de l’OCEMN, des problèmes corrélés à l’ordre juridique communautaire européen, ledit acquis communautaire européen. Nous consentons de gros efforts pour surmonter ces difficultés.

La Grèce et autres Etats membres de l’OCEMN, qui sont dans le même temps membres de l’UE, déploient des efforts concertés pour surmonter ces problèmes. Tel est l’objectif de notre coopération avec la Bulgarie et la Roumanie et notre objectif est également d’essayer de faciliter les relations entre l’UE et tous les Etats membres de l’OCEMN.
Mesdames et Messieurs les députés, il est particulièrement important de développer un dialogue honnête, calme et impartial. Nous n’ignorons pas ce qui se passe dans la réalité, nous n’ignorons pas les crises, les tensions, les conflits, les différends.
Notre histoire nous guide mais nous devons dans la mesure du possible éviter un usage à la fois sentimental et idéologique de l’histoire et voir toujours les choses dans une perspective d’avenir et en tenant compte du sentiment urgent de nos peuples qui veulent, tous sans exception, la stabilité, la paix, la croissance, les investissements, la création d’emploi et de nouvelles opportunités.

Je suis certain que l’Assemblée parlementaire, ici à Athènes, à quelques jours de la réunion des ministres des Affaires étrangères, enverra des messages très francs. Et moi, je parle au nom du gouvernement grec, je vous accepte tous, en tant qu’amis et partenaires et je vous prierais de transmettre à vos parlements, à vos gouvernements, à mes homologues ce message de coopération, d’amitié et de partenariat.
Je vous remercie ».