Mardi, 17 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Intervention de M. Yannis Amanatidis, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, lors de la Conférence du Désarmement (Nations Unies, Genève)

Intervention de M. Yannis Amanatidis, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, lors de la Conférence du Désarmement (Nations Unies, Genève)

mardi, 28 février 2017

Monsieur le Président,

Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour avoir présidé la Conférence du Désarmement et vous souhaiter tout le succès dans l’accomplissement de votre mission.

Monsieur le Président,

C’est en fait un grand honneur pour moi de m’adresser de nouveau à cette conférence du désarmement, un forum unique permanent de négociation sur le désarmement, qui depuis sa création a fixé le cadre régissant un grand nombre de traités multilatéraux importants, qui, en apaisant les tensions entre les puissances nucléaires, ont permis le passage à l’époque de l’après guerre froide. Dans ce monde de plus en plus agité d’aujourd’hui, la Conférence du Désarmement est de nouveau appelée à relever les défis auxquels est confrontée la communauté internationale. Aujourd’hui, il est plus important que jamais de sortir de cette impasse, à travers la réouverture des négociations sur des questions d’importance majeure, telles que le traité sur le matériel fissile qui constitue en définitive le « prochain pas raisonnable » vers le désarmement nucléaire et dans le même temps, de faire face à d’autres questions urgentes dans le domaine du désarmement.

A notre sens, il est temps d’en finir avec l’inertie qui caractérise aujourd’hui cet important forum de négociation et de profiter d’importantes initiatives qui font régulièrement l’objet du débat au sein de la Première Commission des Nations Unies. Tout comme les années précédentes, la Grèce avec les autres Etats membres de l’UE a soutenu la résolution 71/259 sur « Le Traité interdisant la production de matériels fissiles pour les armes nucléaires ou d’autres dispositifs explosifs nucléaires (FMCT) ». Nous demeurons convaincus que dans cet effort pour un monde sans armes nucléaires, le chemin à suivre pour parvenir au désarmement nucléaire complet et vérifiable, est une approche « pas à pas ». Un premier pas serait un traité sur le matériel fissile.

Monsieur le Président,

Permettez-moi à ce stade, d’aborder une question revêtant une très grande importance pour la Grèce, compte tenu du fait que nous sommes l’observateur le plus ancien de la Conférence du désarmement, depuis 1982. Je veux parler de la question de l’élargissement, prévue dans la deuxième règle du Règlement de procédure de la Conférence du désarmement, selon laquelle la « participation en qualité de membre de la Conférence devra être réexaminée régulièrement ». Nous sommes d’avis qu’il n’y a aucune raison ou excuse morale d’exclure des Etats membres des Nations Unies des discussions sur le désarmement, qui plus est en raison du caractère mondial des Nations Unies. A une époque où les défis mondiaux appellent des solutions collectives à travers des partenariats mondiaux, limiter la participation aux négociations sur le désarmement à soixante-cinq pays seulement est dépassé. Tout comme il est dépassé de limiter l’élargissement à des questions bilatérales qui n’ont absolument aucun rapport avec l’objet de la Conférence du désarmement.

En définitive, Monsieur le Président, compte tenu des nombreux défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui dans le domaine de la sécurité mondiale, nous pensons que la Conférence du désarmement ne peut se payer le luxe d’être continuellement dans une impasse et elle devra enfin commencer à travailler concrètement, en approuvant un programme de travaux. Les récentes initiatives dans le cadre de la Première Commission, l’ouverture du cycle de travaux sur la Conférence d’examen du Traité de non-prolifération en 2020 et l’environnement de sécurité mondial de plus en plus fragile ont créé le cadre d’une perspective constructive.

La Grèce est prête – en tant que membre responsable de la communauté internationale qui participe à toutes les instances principales dans le domaine du désarmement – à contribuer de manière constructive à ce que la Conférence du désarmement puisse sortir de sa torpeur.

Je vous remercie Monsieur le Président.