Dimanche, 22 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Interview du Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Yannis Amanatidis sur CNN Greece – Propos recueillis par Katia Tsimblaki

Interview du Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Yannis Amanatidis sur CNN Greece – Propos recueillis par Katia Tsimblaki

dimanche, 12 février 2017

Le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Yannis Amanatidis a indiqué, lors de son interview sur CNN Greece, qu’il estimait que la négociation se terminerait le 20 février.

M. Amanatidis qualifie de véritable succès pour la Grèce le fait que le Fonds monétaire international, par l’intermédiaire de Christine Lagarde, ait pour la première fois reconnu les sacrifices du peuple grec.

Les indices de l’économie grecque, a-t-il indiqué, sont plus positifs que ce qui avait été prévu par le gouvernement. C’est la raison pour laquelle, a-t-il ajouté, le dernier rapport du FMI ne traduit pas la véritable situation de l’économie. Ce qui a conduit le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem à le critiquer.

En ce qui concerne les scénarios de Grexit que Wolfang Schauble a remis à l’ordre du jour, M. Amanatidis a souligné que ceux-ci étaient destinés au public interne de l’Allemagne et a rappelé que les sociaux-démocrates allemands s’y étaient opposés et les avaient même critiqués dans leur communiqué.

S’agissant des provocations de la Turquie en Mer Egée, M. Amanatidis a indiqué que la Grèce examinait avec la plus grande attention les actions d’Ankara et y faisait face de manière efficace, attentive et avec modération, en défendant ses droits nationaux. Enfin, il a estimé que la rhétorique agressive d’Erdogan était notamment destinée à des fins politiques internes.

Pour ce qui est de la question chypriote, M. Amanatidis a souligné qu’une solution était possible vu que les conférences de Genève avaient créé une dynamique positive.

Se référant au refus de la Grèce d’extrader les huit officiers turcs, M. Amanatidis a souligné que son pays était un Etat de droit et fonctionnait en tant que tel.