Dimanche, 22 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Réponse du porte-parole du MAE, S. Efthymiou à la déclaration du porte-parole de la Turquie concernant les évolutions relatives à la question chypriote

Réponse du porte-parole du MAE, S. Efthymiou à la déclaration du porte-parole de la Turquie concernant les évolutions relatives à la question chypriote

samedi, 27 mai 2017

Répondant à une question de la presse concernant la déclaration faite aujourd’hui par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Turquie, Hüseyin Müftüoğlu, Stratos Efthymiou, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a fait la déclaration suivante :

« La Grèce soutient, de longue date et systématiquement, l’atteinte d’une solution juste et viable à la question chypriote sur la base des résolutions des Nations Unies. C’est pourquoi elle a à temps – depuis un an et demi – signalé à toutes les parties, y compris aux Nations Unies – l’importance de mener une négociation approfondie et en temps opportun sur les questions liées aux garanties et à la sécurité, en vue d’éviter que le processus du règlement de la question chypriote ne se solde par un échec.

Actuellement toutefois, Ankara – pour servir ses propres intérêts géopolitiques – et M. Akinci conduisent de nouveau dans l’impasse le processus de négociation mené sous l’égide des Nations Unies, en invoquant des raisons méthodologiques et ils essayent de mettre fin à la négociation parce qu’ils rechignent à discuter des questions liées aux garanties et à la sécurité qui sont au cœur du dossier chypriote.

Ces questions toutefois sont étroitement liées à la nature même du dossier chypriote qui est par définition une question d’invasion et d’occupation illégale de Chypre par l’armée turque.

On se pose la question : A quoi pense la Turquie ? Le fait que cette dernière occupe illégalement Chypre, ne devrait-il pas être la substance et l’objet du règlement de l’aspect extérieur de la question chypriote ?

Tout le reste n’est que mauvais prétexte ».