Mardi, 24 Octobre 2017
greek english french

Département Classement et conservation des archives

La collection des Archives diplomatiques et historiques du ministère couvre la ydia/archive_16.jpg la période allant du début de la Guerre d’indépendance grecque en 1821 à nos jours. La section consacrée à la période de la Révolution (1821-1830) retrace la correspondance échangée entre les protagonistes de la Guerre d’indépendance, d’une part, et les organisations philhellènes à l’étranger et les Grecs de la mer Égée d’autre part ; cette section est assez limitée, sachant que la Grèce ne possédait pas de service organisé et autonome chargé des relations extérieures avant 1832. La correspondance diplomatique et officielle de la Grèce, principalement interétatique, débute en 1833, année de la création du Secrétariat des affaires étrangères. Entre 1910 et 1920, le volume des archives diplomatiques du pays connaît une poussée de croissance, la Grèce participant désormais aux organisations internationales au même titre que les autres États. Depuis l’après-guerre, le nombre de documents diplomatiques archivés augmente, chaque année, à un rythme soutenu.

Conservées dans des installations sécurisées au sein du ministère, les archives diplomatiquessont organisées chronologiquement (par année) et par provenance. On distingue ainsi les catégories suivantes: 1) Archives du Service central du ministère ; 2) Archives des délégations permanentes, ambassades, consulats et bureaux de liaison; et 3) Archives spéciales. Ces dernières portent sur des événements ou sujets particuliers de la politique étrangère grecque, tels que les réparations suite à la Seconde guerre mondiale, le Plan Marshall ou encore l’histoire des Juifs grecs. À noter que les textes originaux des traités, conventions et accords ainsi que ceux de leur ratification sont conservés séparément dans le Service juridique du ministère.

Les fonds d’archives du ministère sont aujourd’hui conservés dans nombreux magasins d’archives dans les locaux du ministère des affaires étrangères au cœur d’Athènes et dans un ancien immeuble militaire à l’Avenue Mesogeion qui se trouve dans le camp militaire PLESSAS et qui a été transformé pour loger les archives rapatriées par les aurorités grecques à l’étranger. Une petite salle de lecture fonctionnera dans cet immeuble prochainement. Le Service s’emploie à créer les meilleures conditions possibles de stockage et de conservation des documents, en intervenant constamment sur l’agencement des lieux de stockage et en veillant à l’adéquation de l’infrastructure technique (dispositifs de protection contre les incendies et les inondations, climatisation et contrôle hygrométrique).

Les travaux de classement sont effectués par des équipes réunissant des étudiants de différentes facultés de l’Université d’Athènes (Faculté des sciences politiques et d’administration publique, Faculté d’Histoire et d’archéologie) et de l’Université de Pantios (Faculté des relations internationales), dans le cadre de programmes de formation professionnelle financés par l’Union européenne et de programmes de stages pratiques non rémunérés.

ydia/archive_20.jpg Dans ce contexte, le Service des archives diplomatiques et historiques a créé un climat d’étroite coopération avec les instituts nationaux d’éducation de niveaux supérieur et universitaire dans le domaine des sciences humaines. Cette coopération est réciproquement bénéfique : d’une part, elle apporte au ministère l’apport scientifique significatif de jeunes chercheurs ; d’autre part, travaillant sous la direction d’experts scientifiques du Service des archives diplomatiques et historiques, tout en suivant des séminaires spécialisés, ces jeunes chercheurs sont introduits dans l’esprit de l’époque dont ils sont appelés à classifier les pièces.

L’intérêt de cette réciprocité (couplage entre travaux scientifiques et enseignement) est de former, à terme, de jeunes scientifiques qui soient non seulement sensibilisés aux questions de politique d’archivage et aux responsabilités qui en découlent, mais qui aient également acquis de solides connaissances de la matière elle-même.
Le classement et le tri du matériel à archiver sont effectués en application des dispositions de la circulaire y relative (laquelle s’étend sur plusieurs pages), ainsi que des normes internationales d’archivage. En parallèle, les moyens destinés à la conservation et à l’archivage étant en constante évolution, le recours à un système de gestion électronique permet aujourd’hui d’effectuer des recherches à l’aide mots clés ou de phrases complètes.

Outre les travaux quotidiens de classement de pièces à archiver au Service central, les activités de base du Service des archives comprennent également le rapatriement, selon un programme spécial, d’archives des services diplomatiques à l’étranger. Les derniers quinze ans ont vu le transfert, dans les dépôts du ministère des affaires étrangères, après classification réalisée sur place par des équipes de scientifiques, des archives des ambassades de Grèce à Rome, à Tokyo, à Paris, à Londres, à Nicosie, au Caire, à Berne, à Moscou et ailleurs ; des archives des consulats généraux du Caire, de Marseille, d’Istanbul et de la représentation permanente de Grèce auprès de l’ U.N.E.S.C.O. Ont également été triés, mais sans faire l’objet d’un transfert à Athènes, les archives des  représentations permanentes de la Grèce à l’Union européenne et au Conseil de l’Europe et celles d’autres missions diplomatiques (ex. Ambassades à Washington, Tunis ets).

À souligner enfin que le Service met ses connaissances techniques au profit d’autres fondations et institutions. Pour ne citer que deux exemples importants de ce type de coopération, on nommera le classement effectué par des équipes scientifiques du Service des Archives de la « Fondation Georges Papandréou » et le classement des archives de l’administration italienne du Dodécanèse rattachées aux Archives générales de l’État.

Dernière mise à jour mercredi, 22 avril 2015