Lundi, 23 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Politique Étrangère arrow Parlement et Politique Étrangère arrow Discours devant le Parlement Héllenique arrow Année 2010 arrow Séance d’information du ministre adjoint des Affaires étrangères, M. Droutsas devant le parlement au sujet de l’opération militaire menée par Israël

Séance d’information du ministre adjoint des Affaires étrangères, M. Droutsas devant le parlement au sujet de l’opération militaire menée par Israël

lundi, 31 mai 2010

Monsieur le Président,

Je tiens à vous remercier pour le temps que vous m’accordez car les évènements sont au cœur de l’actualité et je voudrais depuis la tribune du Parlement communiquer des informations sur les dernières évolutions.

Permettez-moi, tout au début de cette séance, de souligner que d’après la communication d’informations officielle par le ministère des Affaires étrangères d’Israël, sur la liste des victimes et des blessés ne figurent pas de ressortissants grecs.

Bien évidemment, notre ambassade sera en contact continu avec les autorités israéliennes en vue d’assurer le retour sans heurts de tous les ressortissants grecs. D’après les informations que j’ai à ma disposition, un premier groupe de personnes devra retourner en Grèce demain.

Pour ce qui est des événements survenus ce matin au large de Gaza, je voudrais être clair dès le début : il s’agit d’un incident tragique et rien ne saurait justifier cette violence extrême employée par les forces israéliennes.

Depuis cette tribune du parlement hellénique, je voudrais adresser toutes mes sincères condoléances aux familles des victimes.

Je me sens obligé de signaler qu’aussitôt que les organisateurs ont fait part de leur intention, la seule priorité que s’est fixé le ministère des Affaires étrangères a été d’assurer la sécurité des passagers grecs, ce qui est toujours notre première priorité.

C’est pourquoi, les services du ministère des Affaires étrangère, tant au niveau du service central qu’extérieur, ont procédé aux démarches appropriées en fonction de cette priorité et redoublent de vigilance.

Au même titre, nous avons informé les organisateurs des intentions des autorités israéliennes de bloquer les navires ainsi que des dangers qu’impliquerait une action de ce genre de leur part. Nous avons également présenté notre position, à savoir que toute activité entreprise par les Organisations non gouvernementales peut être exercée librement, à condition, bien entendu, que cette activité soit légale. A l’évidence, la légalité ou non d’une telle activité ne peut être jugée de manière unilatérale. Toutes nos actions sont et devront être régies par le droit international et son plein respect.

Ce matin j’ai exprimé à l’ambassadeur d’Israël notre protestation face à l’opération militaire des forces israéliennes et la façon dont celle-ci a été menée. En outre, j’ai demandé la prise des précautions indispensables en vue d’assurer le retour sans heurts des passagers grecs. Je lui ai également communiqué la décision du gouvernement grec de suspendre l’exercice militaire commun en cours ces derniers jours et de remettre à plus tard la visite à Athènes du chef de l’état-major de l’armée de l’air israélienne prévue pour demain.

Au même titre, dès le premier moment nous avons été en contact avec nos partenaires européens. Comme vous le savez, la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères, Mme Catherine Ashton, a d’ores et déjà demandé au ministre israélien des Affaires étrangères de mettre en place une enquête approfondie sur les circonstances dans lesquelles ces incidents se sont survenus.

Enfin, je saisi l’occasion pour réitérer la position de notre pays sur la crise qui perdure dans la Bande de Gaza ce qui a été d’ailleurs la raison pour laquelle cette mission a été menée. Force est de rappeler que la Grèce a d’emblée fait un appel à la cessation des hostilités et à la mise en place des couloirs humanitaires de la part d’Israël. Lors de la Conférence internationale des donateurs de Charm el-Cheikh, la Grèce a apporté une contribution importante en matière d’aide humanitaire et économique en faveur de la reconstruction de Gaza. Cette aide est acheminée par le biais de l’Autorité palestinienne et les dispositifs mis en place par les organisations internationales.

Nous avons œuvré et nous continuons d’œuvrer de manière systématique, tant au niveau de l’Union européenne qu’au niveau bilatéral, en faveur de l’issue favorable du processus de paix qui vient d’être de nouveau activé en prenant la forme de pourparlers de proximité. Notre objectif ultime est de parvenir à une solution globale et durable à la question palestinienne sur la base du principe de deux Etats, à travers la création d’un futur Etat palestinien viable qui coexistera aux côtés d’Israël dans un environnement de paix et de sécurité.
Tel est le majeur enjeu à l’heure actuelle : ne pas compromettre de manière irréversible les conditions qui permettront au processus de paix d’avoir une issue positive au profit tant du peuple palestinien qu’israélien.

A cette fin, je voudrais signaler que nous sommes en contact continu avec les différents acteurs de la région, comme je vous l’ai tout à l’heure dit – la Haute représentante des Affaires étrangères de l’Union européenne, Mme Ashton, la présidence espagnole, à savoir le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Moratinos. En outre, le Premier ministre a eu des entretiens téléphoniques avec le ministre israélien des Affaires étrangères et le Premier ministre turc. En outre, des entretiens téléphoniques sont prévus pour aujourd’hui entre le Premier ministre et le Président de la République chypriote, M. Christofias, le Président palestinien, M. Abbas ainsi que le Secrétaire général de la Ligue arabe, M. Amr Moussa.