Lundi, 11 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Politique Étrangère arrow Parlement et Politique Étrangère arrow Discours devant le Parlement Héllenique arrow Année 2011 arrow Extraits du discours de Mme Xenogiannakopoulou, ministre adjointe des Affaires étrangères devant le parlement

Extraits du discours de Mme Xenogiannakopoulou, ministre adjointe des Affaires étrangères devant le parlement

mercredi, 30 mars 2011

Points principaux :

  • Les questions qui ont dominé les travaux du Conseil européen les 24 et 25 mars ont été la politique économique, la Libye, l’Afrique du nord, la politique globale de l’Europe à l’égard de la Méditerranée, la situation critique au Japon et la question de la sécurité nucléaire.
  • Par les décisions prises notamment lors du Conseil européen de la zone euro le 11 mars, décisions qui ont été ratifiées par le Conseil européen les 24 et 25 mars, a été amélioré le cadre d’application du mémorandum ce qui donne un nouvel élan non seulement à l’application des réformes dans lesquelles s’est engagée notre pays mais aussi au redressement et à la croissance de notre économie.
  • Pour ce qui est des questions de la Libye, le Conseil européen s’est positionné en faveur de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU dans le but de protéger la population civile et d’imposer dans les plus brefs délais un cessez-le-feu ce qui permettra d’amorcer un processus politique et diplomatique et surtout de parvenir à une solution politique qui garantira la transition démocratique ainsi que l’unité et la souveraineté nationale de la Libye. L’Union européenne pour sa part, met l’accent sur le volet humanitaire et souhaite apporter son soutien au lendemain de la crise ce qui est très important pour l’évolution du pays au niveau politique. Tel est également l’objectif de notre pays et ce dans ce sens que nous voulons apporter notre contribution.
  • Le Premier ministre a notamment souligné la nécessité de rendre plus strictes les règles en matière de sécurité des centrales nucléaires et, en fait, la Commission a pris l’engagement d’édicter une directive y relative. Et la question d’intérêt crucial pour nous – qui a été d’ailleurs notée dans les conclusions – a été celle de la construction de nouvelles centrales nucléaires dans nos pays voisins. Le Premier ministre a tout particulièrement évoqué la question d’Akkuyu en Turquie, la forte sismicité de la région, la sécurité nucléaire et la conformité aux règles y relatives en tant que partie de l’acquis communautaire, une condition sur la base de laquelle est jugé chaque pays candidat comme la Turquie.