Lundi, 18 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Politique Étrangère arrow Parlement et Politique Étrangère arrow Discours devant le Parlement Héllenique arrow Année 2011 arrow Réponse de Mme Xenogiannakopoulou au Comité du Parlement au sujet du navire de recherches italien EXPLORA

Réponse de Mme Xenogiannakopoulou au Comité du Parlement au sujet du navire de recherches italien EXPLORA

mercredi, 30 mars 2011

La ministre adjointe des Affaires étrangères, Mme Mariliza Xenogiannakopoulou, lors de son intervention devant le Comité Défense nationale et Affaires étrangères et le Comité spécial permanent des Affaires extérieures du Parlement réunis en séance conjointe et en réponse à une question du député de la Nouvelle Démocratie et Responsable de la Politique étrangère du parti de l'opposition, M. Panos Panayiotopoulos au sujet du navire de recherches italien Explora, a indiqué :

« Il n’y a eu aucune divergence quant à la façon dont la question a été envisagée. Le gouvernement et le ministère des Affaires étrangères ont entrepris toutes les actions nécessaires en vue de garantir les droits et les intérêts de notre pays.

Selon les informations communiquées aux représentants des partis au Conseil national sur la politique étrangère, le navire de recherche italien EXPLORA a demandé et reçu une autorisation des autorités grecques compétentes, sur la base du droit international et dans le cadre de la juridiction grecque. Le harcèlement du navire italien par la marine de guerre turque et toutes les actions qui s’en sont suivies étaient illégales et contraires aux règles du droit international, c'est pourquoi l'ambassade de Grèce à Ankara a effectué une démarche auprès du ministère turc des Affaires étrangères.

Le 28-3-2011, les services compétents du ministère des Affaires étrangères ont constaté que, contrairement aux assurances formulées jusqu'alors par la partie italienne et en dépit des dispositions contraires du droit de la mer, la société gérante du bateau avait demandé une autorisation à la Turquie. La réaction du ministère des affaires étrangères a été immédiate. Des griefs ont immédiatement été formulés à la partie italienne et une démarche entreprise, qui ont entraîné la révocation immédiate et irrévocable de l'autorisation octroyée au navire EXPLORA; ce dernier ne se verra pas délivrer de nouvelle autorisation pour la fin de ses travaux ».