Jeudi, 14 Décembre 2017
greek english french
Accueil arrow Le Ministère arrow Structure arrow Centre danalyse et de planification

Centre d'analyse et de planification

1. Cadre juridique - Mission

Le Centre d’analyse et de planification (CAP) a été créé en 1998. En vertu de l’amendement de l’article 13  des Statuts du Ministère des Affaires étrangères [Loi 3566/2007 (J.O.  T Α΄ 117)] par la Loi 4451/13-2-2017 (J.O. T Α΄ 16) et de la décision ministérielle du 26-6-2017 adoptée par la suite, le  CAP est une unité de recherche autonome placée sous la responsabilité directe du ministre des affaires étrangères. Sa mission essentielle est d’analyser les questions de politique étrangère et de relations internationales, de mener des recherches scientifiques, d’analyser les données et d’assister le ministère des Affaires étrangères dans ses domaines de compétence,   d’élaborer des études et de formuler des propositions de politique concernant des questions d’intérêt particulier pour la Grèce ou des défis internationaux majeurs, dans le cadre des priorités stratégiques de la politique étrangère grecque et des instructions y relatives du ministre des Affaires étrangères.

A cette fin, le CAP est invité par le ministre des Affaires étrangères aux réunions du Conseil national sur la Politique étrangère, auxquelles il participe par le biais de son chef et de son directeur scientifique. Au poste de chef du CAP est nommé, sur décision du ministre, un agent du corps diplomatique, avec rang d’ambassadeur ou un expert -1er Conseiller d’ambassade, détenteur d’un diplôme de doctorat reconnu et ayant accompli un travail scientifique attesté. Le chef du CAP a la responsabilité générale de l’administration et du bon fonctionnement du CAP. Le Centre est assisté dans l’accomplissement de sa mission par un groupe de quatre collaborateurs scientifiques (*) recrutés en CDD, lesquels sont placés sous la surveillance du directeur scientifique qui est également nommé par le ministre des Affaires étrangères. La personne nommée au poste de directeur scientifique doit être un professeur d’université dont la discipline et l’expérience professionnelle relèvent du champ d’activité du CAP.

L’objectif du CAP est de parvenir à une véritable osmose entre la pensée scientifique / universitaire et celle de la fonction publique en coopérant étroitement avec les Autorités du Service central et extérieur du ministère des Affaires étrangères, des centres universitaires et de recherche nationaux et étrangers, des services équivalents d’autres ministères des Affaires étrangères et des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux européens/internationaux. En outre, le CAP organise des réunions à huis clos portant sur des dossiers spéciaux ainsi que des conférences/congrès ouverts au public, auxquels peuvent être invitées des personnalités internationales/analystes réputés ; il met en œuvre des programmes concrets et fait réaliser des recherches spécifiques, dont le choix final incombe au ministre des Affaires étrangères. En raison de la nature diversifiée de sa mission, par rapport aux autres services du ministère des Affaires étrangères, le CAP examine – dans la mesure du possible – les dossiers  qui lui sont confiés à moyen et à long terme.

-----------------------------

(*) en cours de formation

2. Compétences – Organisation et fonctionnement

Les compétences du CAP sont précisées dans la décision ministérielle du 26 juin 2017 citée ci-dessus, conformément à laquelle le CAP est constitué de quatre (4)  départements:

- a) Planification de politiques et d’actions

- b) Relations et partenariats avec des organismes nationaux et étrangers

- c) Suivi du travail des think tanks internationaux

- d) Assistance administrative

Afin que le CAP puisse être à la hauteur de sa mission diversifiée, il sera doté d’un personnel permanent provenant de différents services du ministère (service diplomatique, service des experts, services des affaires économiques et commerciales, personnel administratif diplômé de l’enseignement universitaire et technique).

Au même titre,  au-delà de l’assistance prêtée au CAP par le groupe scientifique cité ci-dessus, ce dernier est déjà encadré par des groupes de travail/task forces mixtes constitués de hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères et d’universitaires qui sont chargés du traitement de dossiers revêtant un  intérêt particulier pour la Grèce (voir ci-dessous point 3).

En outre, le CAP apporte une assistance administrative au Conseil scientifique qui a été de nouveau établi et est composé de professeurs de droit international et européen. Sa mission est d’émettre un avis sur des questions majeures d’ordre juridique qui lui sont soumises par le ministre des Affaires étrangères (en vertu de la même loi 4451/ajout de l’article 35A modifiant les Statuts du ministère des Affaires étrangères).

3. Activités du CAP

- Publication d’une « Revue » (bimensuelle) monothématique, en format électronique, dans laquelle sera exposée une sélection d’ouvrages d’actualité élaborés par des think tanks mondialement reconnus.  Cette Revue, dont la publication a commencé en 2016, comporte un échantillon représentatif – autant que possible – d’ouvrages publiés des think tanks portant chaque fois sur une thématique spécifique.  Les opinions exprimées dans ces textes ne sont pas contraignantes pour le CAP/MAE et elles sont exclusivement communiquées aux services du MAE afin que ces derniers puissent avoir une meilleure connaissance des analyses portant sur des questions d’actualité et, éventuellement, évaluer les préoccupations exprimées au niveau international. Les revues électroniques publiées jusqu’à ce jour portent les titres suivants : 1-2016 Question  migratoire (janvier/février), 2-2016, Question syrienne (mars/avril), 3-2016, BREXIT (mai/juin), 4-2016 Sécurité et défense internationales (juillet/août), 5-2016, Energie et diplomatie (septembre/octobre), 6-2016, Défis, formes atypiques et perspectives de la gouvernance internationale (novembre/ décembre), 7-2017 Prévisions internationales et évaluations : Le nouvel ordre mondial à la lumière de la nouvelle administration américaine (janvier/février), 8-2017 Quo vadis Europa ? (mars/avril), 9-2017, Asie orientale (mai/juin), 10-2017, La réforme de l’ONU (juillet/août), 11-2017 Cybersécurité (septembre/octobre).

- Publication d’une nouvelle série d’ouvrages en format électronique intitulée « Documents d’analyse et de politique ». Cette série comprend des documents rédigés par les groupes de travail du CAP. Le lancement de cette série a été inauguré avec la publication d’un Document de réflexion sur « L’avenir de l’Union européenne » (rédigé par le groupe de travail cité ci-dessous) qui a été mis à la disposition des services du ministère des Affaires étrangères en août 2016.

- Fonctionnement dans le cadre du CAP du Groupe de travail – mis en place sur décision ministérielle (21 janvier 2106) -  chargé de l’Organisation du Centre pour le pluralisme religieux au Moyen-Orient (sous la coordination du Professeur S. Roussos). Force est de signaler que la décision de mettre en place ledit Centre avait été prise lors de la précédente réunion y relative d’Athènes, sur initiative du ministre grec des Affaires étrangères, M. N. Kotzias (veuillez visiter à cet égard le site web www.crpme.gr).

- Coordination d’un Groupe de travail non rémunéré sur l’Avenir de l’Union européenne, constitué d’universitaires et de hauts fonctionnaires. Ledit groupe a été mis en place sur décision ministérielle (31 mars 2016) et a achevé son premier cycle de travaux avec la rédaction d’un Document de réflexion contenant des propositions de politique sur l’avenir de l’Union européenne et la place de la Grèce au sein de celle-ci.

Coordination d’un Groupe de travail non rémunéré (Τask Force) chargé de l’Etude des développements européens et des conséquences du référendum britannique. Ledit groupe a été mis en place sur décision ministérielle (20 juillet 2016) et il est constitué de directeurs des services concernés du ministère des Affaires étrangères et d’universitaires sous la présidence du Directeur général A’ ou C’, selon le cas.

Coordination d’un Comité interministériel spécial non rémunéré chargé de l’Etude des conséquences du référendum britannique en Grèce. Ledit groupe a été mis en place sur décision ministérielle (20 juillet 2016) et il se réunit au niveau des Secrétaires généraux sous la présidence du S.G. du ministère des Affaires étrangères.

- Réunions ad hoc avec des délégations étrangères à Athènes, suite à la demande de ces dernières et partenariats avec des services de planification équivalents des ministères des Affaires étrangères d’autres pays et des centres universitaires/de recherche nationaux et étrangers.

Dernière mise à jour lundi, 04 décembre 2017