Samedi, 21 Octobre 2017
greek english french
Accueil arrow Minorité Ethnique Hellénique de l’Albanie

Minorité Ethnique Hellénique de l’Albanie

La Minorité Ethnique Hellénique (MEH) de l’Albanie est la plus nombreuse et la plus importante minorité en Albanie. Il s’agit d’une minorite indigène reconnue par l’Albanie en tant que minorité nationale. «Omonoia» et le «Parti de l’Union pour les Droits de l’Homme» sont les deux principaux organes de représentation de la MEH en Albanie.

L’objectif prioritaire de la politique étrangère grecque à l’égard de l’Albanie est de suivre la situation de tous les membres de la MEH dans tout le pays et non pas exclusivement dans les régions reconnues de manière arbitraire par l’Etat albanais comme des régions «minoritaires ». Le plein respect des droits de la Minorité et des engagements et obligations y relatives de la part de l’Albanie constitue le critère de sa conformité aux exigences du parcours européen et le baromètre des relations bilatérales entre les deux pays.

La Grèce soulève tant au niveau bilatéral que dans le cadre de l’UE, de l’OSCE et du Conseil de l’Europe les questions relatives à la MEH. L’inclusion du respect des droits de la Minorité vivant sur l’ensemble du territoire de l’Albanie dans la liste des critères fixées par la Commission Européenne dans ses rapports annuels sur l’état d’avancement de l’adhésion de l’Albanie constitue le fruit de ces efforts. Dans le même temps, l’Etat grec veille de manière concrète au renforcement des membres de la MEH en Albanie et contribue au règlement des questions prioritaires concernant leur situation en général.

Les principales questions d’intérêt pour la MEH ont trait à l’enseignement de la langue maternelle, à la possibilité d’utiliser la langue grecque dans le cadre de la vie publique, à l’absence des membres de la MEH dans les services publics en dépit de leur représentation parlementaire continue ainsi qu’au respect de leurs droits patrimoniaux.

Pour ce qui est du droit de des Minorités de disposer d’un enseignement public et gratuit dans leur langue maternelle, on ne peut que constater que cela constitue une obligation fondamentale de tout Etat moderne. Malheureusement, la politique du gouvernement albanais qui consiste à respecter exclusivement les droits des Minorités dans lesdites «zones minoritaires» limite l’ampleur de protection de ces Minorités et par conséquent les membres de la MEH vivant en dehors de ces zones n’ont pas d’accès à une éducation publique et gratuite dans leur langue maternelle.