Dimanche, 19 Novembre 2017
greek english french

Diplomatie Culturelle- Educative

Α. DIPLOMATIE CULTURELLE

La Grèce accorde une importance particulière à la diplomatie culturelle, en tant qu’outil par excellence de rapprochement des peuples et d’exercice de la politique étrangère. Le caractère œcuménique de la civilisation grecque constitue un tissu connectif pour la recherche d’origines communes et de liens historiques avec les autres pays, tandis que le dialogue des cultures contribue à la paix et à la diplomatie internationales. Les accords et les programmes éducatifs et culturels conclus avec des pays tiers constituent le principal cadre institutionnel. Les diverses manifestations culturelles organisées par nos ambassades à l’étranger contribuent au mieux à la mise en exergue de la civilisation classique et contemporaine de notre pays et à l’échange avec les pays d’accréditation. Au niveau multilatéral et notamment dans le cadre des organisations internationales, la politique culturelle grecque a pour objectif de valoriser un système de valeurs humaines pour les relations entre les Etats.

Plus particulièrement :

I. Dans le cadre de l’UNESCO : la protection et la valorisation de notre riche patrimoine culturel matériel et immatériel en vertu de l’application des conventions de l’UNESCO, constitue un outil fondamental d’exercice de la politique culturelle. Dans le même temps, la Grèce exerce un rôle de premier plan dans la lutte contre le trafic de biens culturels et en faveur de la restitution à leur pays d’origine des biens culturels exportés illégalement. La Grèce a été élue au Conseil exécutif de l’UNESCO pour la période 2015-2019. L’élection de notre pays au Conseil exécutif de l’UNESCO reflète le poids que représente la Grèce dans le domaine de la culture et le prestige dont elle jouit en raison de sa participation active et des initiatives entreprises dans le cadre de l’Organisation. Plus spécifiquement :

a) Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels dans leur pays d’origine et de leur restitution en cas d'appropriation illégale (ICPRCP) : le ministère des Affaires étrangères participe, par le biais du Service juridique spécial, à la négociation menée avec la partie britannique sur la question de la restitution des Marbres du Parthénon qui préoccupe l’UNESCO depuis 1984, date à laquelle Melina Merkouri, alors ministre de la Culture avait déposé une demande de la Grèce devant le Comité intergouvernemental susmentionné. Suite à une initiative du ministre grec de la Culture (2013) et à l’adoption d’une recommandation y relative dudit Comité intergouvernemental (octobre 2014), fortement appuyée par les Etats membres, la partie britannique a été invitée à examiner la proposition grecque portant sur l’ouverture d’une procédure officielle de médiation. En dépit de la réaction négative de la partie britannique, la Grèce n’a cessé de réclamer le retour des Marbres du Parthénon par tous les moyens possibles, en invitant la partie britannique à revoir sa position.

b) Participation au Comité subsidiaire de la Convention des Nations Unies de 1970 (concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels), la Représentante grecque assumant la fonction de rapporteur au Bureau du comité (2013).

Lors de la troisième rencontre des Etats membres (Paris, 18-20.5.2015), les 112 Etats présents (sur un total de 128) ayant ratifié la Convention ont adopté à l’unanimité la Déclaration STOP ILLICIT TRAFFICKING, fruit d’une initiative grecque. Cette déclaration souligne la volonté politique des Etats membres d’intensifier leurs efforts en vue d’assurer une protection efficace du patrimoine culturel de l’humanité, par le biais notamment d’actions internationales contre le trafic de biens et de trésors culturels, du contrôle du marché d’œuvres d’art et des ventes sur Internet (le texte de la Déclaration peut être consulté sur le lien : http://www.unesco.org/new/en/culture/themes/illicit-trafficking-of-cultural-property). L’initiative grecque a eu lieu au lendemain de l’adoption des lignes directrices sur le fonctionnement du Comité subsidiaire, sur l’application de la Convention qui est, comme chacun sait, restée inactive pendant plus de 40 ans. En septembre 2015, la Secrétaire générale du ministère de la Culture et des Sports, Mme Maria Andreadaki – Vlazaki a été élue à l’unanimité Présidente du Comité subsidiaire. Sa principale mission est d’assurer la coordination au niveau international des actions pour lutter contre le trafic de biens culturels, y compris les trésors culturels provenant des régions en guerre du Moyen-Orient.

c) En décembre 2013, notre pays a été élu, en remportant la majorité des voix, membre du Comité intergouvernemental qui constitue un organe du 2e Protocole (1999) à la Convention de la Haye (1954) sur la Protection des biens culturels en cas de conflit armé. En décembre 2014, notre pays a été élu président dudit comité intergouvernemental.

II. Dans le cadre de l’ONU : Suite à une initiative de la Grèce, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté en 2010 une résolution concernant la question de la lutte contre le trafic et la restitution des biens culturels exportés illégalement à leur pays d’origine. L’initiative grecque est désormais coparrainée par de plus en plus d’Etats.

III. Le patrimoine mondial de la Grèce est également valorisé à travers des manifestations internationales, comme les Jeux Olympiques ou le Marathon ou encore des institutions qui ont été internationalisées comme celle de la « Capitale culturelle de l’Europe », une idée d’inspiration grecque.

IV. Le rôle de la société civile est également important puisque ses organisations peuvent contribuer de manière déterminante au niveau local, national et international à la réalisation des objectifs susmentionnés de la diplomatie culturelle.

B. DIPLOMATIE EDUCATIVE

La diplomatie éducative a pour objectif de créer des synergies entre la culture, l’éducation et l’économie, en attirant un public intéressé de l’étranger et en valorisant des installations d’établissements éducatifs et / ou des installations existantes d’organismes grecques sélectionnés qui se trouvent dans des régions présentant une valeur naturelle, historique et culturelle particulière (ex. Centre culturel européen de Delphes, Académie olympique internationale, Ecole supérieure des Beaux Arts, Ecole Anargyrios et Korialenios de Spetsai, Organisme européen de droit européen). Dans ce contexte, la possibilité d’hébergement est offerte dans le cadre de la réalisation de programmes spécialisés portant sur divers champs thématiques (architecture, études classiques, olympisme, médecine, etc.).

Ce projet contribue non seulement à valoriser les infrastructures des organismes possédant des installations dans des emplacements présentant un intérêt particulier et d’une beauté naturelle unique en Grèce, mais aussi à promouvoir des entités de la société civile, comme les Régions, les chambres locales, en mettant en avant des monuments et des espaces archéologiques par le biais de parcours culturels et de développement respectifs.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site www.grect.com.


Cette catégorie ne contient aucun article publié