Jeudi, 19 Octobre 2017
greek english french

Relations politiques

Les relations entre la Grèce et le Liban sont traditionnellement très amicales et reposent sur le respect mutuel et la confiance. Le bon niveau de leurs relations n'est pas seulement dû à des raisons historiques, mais aussi  au fait que la Grèce avait accueilli 30.000 Libanais pendant la guerre civile libanaise (1975-1990).Par ailleurs, la position ferme de la Grèce en faveur d’une solution équitable, globale et permanente à la question du Moyen-Orient, qui constitue une question majeure de politique étrangère du Liban, tant en raison de sa position géographique, que du grand nombre de Palestiniens vivant dans le pays, contribue au maintien des relations d'amitié entre les deux pays.

Sur le plan politique et diplomatique, la coopération bilatérale est excellente tandis que les deux pays soutiennent mutuellement leurs candidatures respectives au sein de fora internationaux. La Grèce a soutenu activement le Liban pendant la guerre en 2006 et a répondu immédiatement à la demande de fourniture d’aide humanitaire et continue de contribuer à la reconstruction du pays, tant au niveau économique que politique. Par ailleurs, notre pays participe au financement du Tribunal spécial pour le Liban qui est chargé de juger les auteurs présumés de l’assassinat de Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais, et a également financé une série de programmes et projets de développement, comme la reconstruction du camp palestinien de Nahr el Bared.

La Grèce participe à la mission UNIFIL depuis 2006 et des officiers des forces armées libanaises ont été entrainés au centre multinational pour les opérations de soutien de la paix en Grèce (Kilkis). La Grèce a aussi participéà la Conférence de Rome, en juin 2014, concernant l’assistance aux forces armées du Liban.

La Grèce reconnait l’immense défiprésenté au Liban par l’arrivée des milliers de réfugiés de Syrie. Nous soutenons toutes les initiatives qui puissent contribuer à l’assistance efficace du Liban afin qu’il puisse gérer le flux sans précèdent des réfugiés.

Les Ministres des Affaires Etrangères de la Grèce, du Chypre et du Liban se sont réunis le 15.2.16, à Bruxelles en marge du Conseil des Affaires Etrangères de l’ UE et ont inauguré un nouveau schéma de coopération afin d’atteindre une coopération plus étroite vis-à-vis des sujets d’intérêt commun, principalement la paix et la stabilité de la Méditerranée oriental. La réunionministérielle a été suivie par des consultationspolitiques tripartites tenues au niveau des SecrétairesGénéraux des Ministères des Affaires Etrangères des trois pays, le 11.5.2016, à Athènes. Pendant cette réunion, il y a eu lieu une échange de vues sur les réfugiés, la sécurité/terrorisme, les évolutionsrégionales, les relations entre l’ UE et le Liban et des propositions ont été faites sur le tourisme, l’agriculture, le transport maritime, l’énergie, l’environnement et la culture. A l’issue de la réunion, un communiqué commun a été diffusé.

La communauté grecque au Liban comporteenviron 4.000 personnes, dont 2.000 sont d’origine libanaise et ont acquis la citoyenneté grecque. A Beyrouth existe une communauté grecque et un club grec. A Tripoli il y a un club grec.

Dernière mise à jour lundi, 05 septembre 2016