Jeudi, 25 Mai 2017
greek french
Accueil arrow Actualités arrow Annonces de l’Ambassade arrow Interview accordée par le ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à l’agence de presse athénienne – Macédonienne à l’issue de la Conférence internationale de Paris pour la paix au Proche-Orient (Paris, 15.01.2017)

Interview accordée par le ministre des Affaires étrangères, N. Kotzias à l’agence de presse athénienne – Macédonienne à l’issue de la Conférence internationale de Paris pour la paix au Proche-Orient (Paris, 15.01.2017)

lundi, 16 janvier 2017

JOURNALISTE : Monsieur le ministre, vous venez de participer, aujourd’hui, à cette grande conférence pour la paix au Proche-Orient dont l’efficacité a particulièrement été contestée. À l’issue de cette journée d’aujourd’hui, que pensez-vous de son utilité ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Toute rencontre et consultation sont utiles. Particulièrement pour les régions en proie à de grandes crises, comme le Moyen-Orient. J’ai souligné la nécessité de promouvoir avec courage, l’espoir et la confiance dans la région. De prendre en compte les grands intérêts des Palestiniens et des Israéliens pour la création de deux Etats dans la région, où sévit aujourd’hui la crise du Moyen-Orient. J’ai par ailleurs souligné la nécessité de soutenir plus globalement la stabilité et la sécurité dans la région. Je me suis référé aux initiatives prises par le gouvernement grec, à savoir les modèles de coopération tripartites avec cinq pays, la Conférence de Rhodes qui se tiendra de nouveau dans quelques mois ou encore notre initiative en vue de la protection des groupes religieux chrétiens ou autres et des groupes culturels au Moyen-Orient.

JOURNALISTE : Pensez-vous que les initiatives de la Grèce dans la région de la Méditerranée orientale peuvent contribuer à ce processus de paix ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Je dirais que notre agenda présente une particularité car il s’agit d’un agenda positif. Nous promouvons des actions et des objectifs positifs visant à développer le réseautage et par extension la stabilité dans la région dans tous les domaines, de l’éducation à la recherche en passant par l’économie, le tourisme et le commerce.

JOURNALISTE : Dans votre discours aujourd’hui, vous avez, entre autres, mis en avant la nécessité de développer une mentalité de consensus, de compromis et non de conflit.

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Oui, et cela concerne également les Balkans. Lorsque l’on n’a pas cette mentalité de consensus et de compromis pour les questions internationales, on ne peut l’avoir pour les questions internes. On constate que les pays autoritaires ne peuvent s’entendre avec leurs voisins.

JOURNALISTE : Pensez-vous que les 72 pays réunis aujourd’hui à Paris ont envoyé indirectement un message à l’administration Trump ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Je ne pense pas que nous nous soyons réunis ici pour envoyer des messages à des administrations de pays tiers. Nous nous sommes réunis ici pour transmettre un message positif aux perspectives de paix pouvant être développées au Moyen-Orient.

JOURNALISTE : À l’occasion de votre visite à Paris, vous vous êtes entretenus avec M. Harlem Désir, n’est-ce pas ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Oui, je me suis entretenu hier avec Harlem Désir, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, pour l’informer de questions ayant trait aux relations France – Grèce et de notre position au sein de l’Union européenne face à des questions comme le BREXIT, et notamment du dossier chypriote, puisque je viens de Genève.

JOURNALISTE : Tout à fait. Les articles parus aujourd’hui dans la presse, notamment le journal en ligne Politico, contestent-ils votre influence positive sur le résultat ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Il est normal que ceux qui suivent la voix de leur maître, c’est-à-dire la voix des Turcs, considèrent que la conférence de Genève serait une réussite si nous nous soumettions à la volonté des Turcs, si nous légalisions les droits d’intervention et leur possibilité d’occuper une partie de Chypre. Nous avons une perception différente des choses : la loi européenne et internationale doit être appliquée, Chypre doit se doter de souveraineté, on doit conférer aux Chypriotes turcs le plus de droits possibles et aux Chypriote grecs le plus grand sentiment de sécurité possible.

Dans de nombreux cas, la véracité des événements a été falsifiée. Par exemple, ils soutiennent que c’est nous qui avons suspendu le processus à cause des réunions des groupes techniques qui commencent la semaine suivante. Cela n’est pas vrai. Tant le Secrétaire général de l’ONU que le Président Anastassiadis, tout comme moi personnellement, avons proposé de poursuivre vendredi la Conférence de Genève au niveau politique, comme prévu. Et pourquoi la Conférence devrait-t-elle se poursuivre au niveau politique et pourquoi cela était-il très important ? Afin de donner des instructions aux groupes techniques quant à leur méthode de travail. Car les Turcs, qui ont quitté la table des négociations vendredi très tôt dans le matin, ont dit qu’ils n’avaient pas le temps de négocier et qu’il fallait laisser les groupes techniques se réunir. Mais sans instructions politiques, les groupes techniques ne peuvent se réunir. Des consultations politiques étaient prévues ainsi que la poursuite de la conférence au niveau politique jeudi et vendredi et ils les ont annulées.

Et je m’étonne de voir les médias européens, grecs ou autres adopter les points de vue de ceux qui ont annulé le processus de Genève convenu. Certains pensent qu’ils peuvent agir à leur guise et par la suite rejeter la responsabilité sur les ceux qui insistent et honorent les accords.

JOURNALISTE : À l’occasion de votre présence ici, avez-vous eu d’autres rencontres bilatérales ?

Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Nous avons toujours des rencontres bilatérales. Nous avons eu une série de rencontres bilatérales et nous avons engagé une discussion avec les ministres des Affaires étrangères du Koweït et de Bahreïn. Ils nous ont invités à visiter leurs pays et nous inscrirons ces visites à notre agenda.

JOURNALISTE : Et demain, monsieur le ministre, effectuerez-vous un déplacement à Bruxelles ?
Ν. ΚΟΤΖΙΑS : Ce soir, je me rendrai à Bruxelles. Nous avons une réunion ce soir, avec les 4 Etats membres européens de l’Europe du Sud-est avec lesquels nous avons mis en place une coopération commune et demain il y aura la réunion régulière du Conseil des ministres des Affaires étrangères. Les questions majeures portent de nouveau sur le Moyen-Orient ainsi que sur la Syrie et il y aura une séance d’information sur la question chypriote et je serai de retour à Athènes lundi soir.

You in Greece

Visit Greece | The Official website of the Greek Tourism Organisation

Golden Visa Programme

Σπουδές στην Ελλάδα - Study in Greece

Educational and Cultural Tourism-Routes in Greece


Facebook

RSS 2.0