Vendredi, 20 Septembre 2019
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Entretien du ministre délégué aux Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, avec son homologue finlandaise, Tytti Tuppurainen (Bruxelles, 10 septembre 2019)

Entretien du ministre délégué aux Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, avec son homologue finlandaise, Tytti Tuppurainen (Bruxelles, 10 septembre 2019)

mercredi, 11 septembre 2019

Entretien du ministre délégué aux Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, avec son homologue finlandaise, Tytti Tuppurainen (Bruxelles, 10 septembre 2019)Le ministre délégué aux Affaires étrangères, en charge des questions européennes, Miltiadis Varvitsiotis, s’est entretenu aujourd’hui avec son homologue finlandaise, Tytti Tuppurainen, dans le cadre des préparatifs de la présidence finlandaise pour la négociation sur le nouveau Cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027.

Lors de la rencontre ont été présentées les positions du pays à l’égard du nouveau CFP ainsi que les revendications de la Grèce pour ce qui est des fonds européens, tandis qu’un accent particulier a été mis sur la Politique agricole commune et les Politiques de cohésion. M. Varvitsiotis a indiqué que la Grèce était en train de façonner de concert avec ses partenaires européens le Cadre financier pluriannuel et qu’elle aspirait à parvenir au meilleur dosage des politiques qui contribuera au développement ultérieur du pays et au renforcement des investissements.

En guise de conclusion, le ministre délégué aux Affaires étrangères a signalé que le gouvernement grec négocierait dans ce sens en vue de tirer le meilleur bénéfice possible du budget européen.

A l’issue de la rencontre, le ministre délégué aux Affaires étrangères a fait la déclaration suivante :

« Nous avons décliné nos positions à la présidence finlandaise concernant le prochain Cadre financier pluriannuel de l’Union européenne, à savoir le budget de l’Europe pour la prochaine période de programmation budgétaire de 2021 à 2027. Lors de cette négociation, la Grèce s’emploiera à satisfaire un grand nombre de ses revendications. Elle veut maintenir le niveau actuel des subventions agricoles ainsi que tirer plus de bénéfices des politiques de cohésion en raison de la grave récession qui a frappé le pays. Cette négociation n’est pas facile et elle sera fondée sur des arguments. Nous tenons à assurer tous les citoyens que le gouvernement grec livrera une véritable bataille en vue d’obtenir les meilleurs avantages possibles de ce nouveau budget européen, lequel, malheureusement – et à cause du Brexit – sera serré ».