Dimanche, 11 Avril 2021
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Évènements - Rencontres arrow Extrait de l’intervention du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis et du Secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’Extraversion, I. Smyrlis (18.02.2021) .

Extrait de l’intervention du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis et du Secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’Extraversion, I. Smyrlis (18.02.2021) .

vendredi, 19 février 2021

Extrait de l’intervention du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis et du Secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’Extraversion, I Smyrlis lors de la manifestation en ligne intitulée : « Accord de commerce et de coopération entre l’UE et le Royaume-Uni – briefing des entreprises grecques sur les principaux changements à partir du 01.01.2021» (18.02.2021)

Le ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis a qualifié de hautement important l’accord de commerce et de coopération entre l’UE et le Royaume-Uni. Ledit accord, a-t-il indiqué, signé en décembre 2020, a été conclu après quatre ans de négociations et constitue un accord sui generis avec un ancien partenaire avec lequel nous avons construit une vie commune de plusieurs décennies et dont nous avons décidé de nous séparer ». Dans le même temps, M. Varvitsiotis a souligné que « nous avons essayé de voir comment nous pouvions garantir au mieux les intérêts vitaux des deux parties ».

Le ministre délégué a souligné que des domaines comme le secteur financier font encore l’objet de négociations, pour ce qui est de leur fonctionnement futur, tout en précisant qu’il n’y a plus de relations antagonistes et ce que nous devons déterminer est comment parvenir à une situation de win win divorce et win win brexit (un divorce et un Brexit avantageux pour les deux parties. N.d.T.). Pour la Grèce notamment, il a indiqué qu’il « est très important de poursuivre cette relation ». C’est pourquoi la partie grecque s’était préparée à tout éventuel scénario, de Brexit ordonné ou désordonné. Il a ensuite poursuivi en affirmant que « nous voulons que notre relation post-Brexit avec la Grande Bretagne soit une relation multidimensionnelle, encore plus développée qu’à l’époque où nous étions à la même table du même côté à Bruxelles ».

Pour sa part, le Secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’extraversion et Président d’Enterprise Greece, I. Smyrlis s’est référé au nouveau modèle de diplomatie économique, chapeauté par le ministère des Affaires étrangères, lequel, tout en valorisant le réseau des missions diplomatiques de la Grèce à l’étranger et en mobilisant aussi bien Enterprise Greece que l’Organisation des assurances de crédit à l’exportation, a fixé comme objectif prioritaire le renforcement de l’extraversion de l’entreprenariat grec, par le biais de la planification et de la mise en œuvre d’actions de diplomatie économique dans une série de pays – cibles, dont le Royaume-Uni.

Plus précisément, en ce qui concerne les relations économiques bilatérales Grèce – Royaume-Uni, M. Smyrlis s’est référé à la volonté du gouvernement de les renforcer davantage, notamment dans le secteur des produits agro-alimentaires, qui constitue l’un des domaines les plus importants des échanges commerciaux du pays. L’amélioration des relations entre les deux pays, dans d’autres domaines comme la marine marchande, les sources d’énergie renouvelables, le secteur médical et pharmaceutique, la biotechnologie et de manière générale le secteur de la recherche et des technologies novatrices constitue, selon M. Smyrlis, le souhait du gouvernement également.

Enfin, M. Smyrlis a conclu que le Royaume-Uni était, est et restera à l’avenir un partenaire particulièrement important dans le secteur du commerce et des investissements et la clé de voûte de l’économie grecque dans le domaine crucial du tourisme.