Dimanche, 15 Septembre 2019
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow Communiqués - Discours arrow Réunion du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis et du Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, K. Fragogiannis avec des acteurs économiques et sociaux (Athènes, 4 septembre 2019)

Réunion du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis et du Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, K. Fragogiannis avec des acteurs économiques et sociaux (Athènes, 4 septembre 2019)

mercredi, 04 septembre 2019

Une réunion sur le Brexit s’est tenue aujourd’hui, mercredi 4 septembre, au ministère des Affaires étrangères sous la direction du ministre délégué aux Affaires étrangères, M. Varvitsiotis avec des représentants du milieu d’affaires et d’organisations professionnelles ainsi qu’avec des partenaires sociaux. A la réunion a également participé le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères en charge de la diplomatie économique et de l’extraversion, Konstantinos Fragogiannis, le Secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’Extraversion, Grigoris Dimitriadis, le gouverneur de l’Autorité indépendante des Recettes publiques (AADE), Giorgos Pitsilis ainsi que des agents administratifs compétents en la matière.

L’objectif de la rencontre était de poursuivre le dialogue lancé par le ministère des Affaires étrangères, lequel exerce le rôle de coordinateur des différentes actions entrepreneuriales des ministères concernant le retrait du Royaume-Uni et de donner aux acteurs directement concernés la possibilité de poser des questions et de soumettre leurs propositions en vue d’une gestion plus efficace d’un Brexit avec ou sans accord. Comme le ministre délégué a déclaré à cet égard, « l’objectif stratégique de la Grèce est de valoriser, en tout état de cause, les relations bilatérales avec le Royaume-Uni le jour d’après le Brexit ».

Plus particulièrement, M. Varvitsiotis, après avoir présenté les conséquences du retrait du Royaume-Uni tant au niveau européen que bilatéral, a indiqué que la partie grecque  était prête à relever les nouveaux défis grâce à un plan stratégique global élaboré par le ministère des Affaires étrangères en coopération avec les parties prenantes.

A l’issue de la rencontre, M. Varvitsiotis a fait la déclaration suivante : «  Indépendamment des évolutions politiques en Grande Bretagne, la Grèce doit se préparer à un Brexit désordonné. En d’autres termes, nous devons être en contact permanent avec tous les acteurs du marché pour répondre à toutes leurs questions et préparer de la meilleure façon possible le dispositif de l’Etat en cas de sortie du Royaume-Uni de l’UE le 31 octobre sans accord régissant nos échanges commerciaux, la circulation des marchandises, la circulation des citoyens, les échanges dans le domaine de l’éducation, médical ou autre.  Nous œuvrons d’arrache-pied  dans ce sens de concert aussi avec tous les acteurs du marché pour figurer parmi ces pays qui confirmeront que le jour d’après le départ de la Grande Bretagne n’influera pas de manière négative sur les relations bilatérales et que celles-ci vont se maintenir à un niveau similaire à celui d’aujourd’hui. La réunion nous a permis de constater que toutes les questions y relatives ont été examinées et figurent sur la liste des questions envisagées dans le cadre des préparatifs.  Cela atteste du bon travail accompli à ce jour. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que des questions imprévues soient exclues pour ce qui est de la façon dont nos relations avec la Grande Bretagne fonctionneront le jour d’après ».

S’agissant de la situation politique actuelle en Grande Bretagne, le ministre délégué  a indiqué :  «Nous suivons avec inquiétude les évolutions. Je voudrais signaler une chose.  Il s’agit d’une évolution fâcheuse pour l’Europe, pour la Grèce et à notre avis, pour la Grande Bretagne aussi ».

De son côté, M. Fragogiannis a fait la déclaration suivante : «  Nous avons réuni aujourd’hui au ministère des Affaires étrangères toutes les organisations représentant par le biais de leurs membres le milieu d’affaires qui pourra subir les conséquences d’un Brexit désordonné ou avec accord. Nous, au sein du ministère des Affaires étrangères et en tant qu’unité de la diplomatie économique du pays, sommes tout à fait prêts à parer à toutes ces deux éventualités ». Se référant par la suite plus précisément à la réunion, le Secrétaire d’Etat a affirmé que le ministère des Affaires étrangères avait demandé à ces organisations de soumettre leurs propres réflexions et évaluations et il a exprimé son intention de coopérer avec eux à cette fin dans le but «  de fournir tout le soutien nécessaire en vue de faire face à toutes les questions qui pourraient surgir ».

Enfin, à la réunion ont participé des représentants des organisations suivantes : l’Association des entreprises et des industries de Grèce (SEV), l’Association des entreprises touristiques grecques (SETE), le Conseil économique et social de Grèce (OKE), l’Association panhellénique des exportateurs, la Chambre économique de Grèce (OEE), la Fédération des industries d’Attique et du Pirée (SVAP), l’Association des exportateurs, l’Union des armateurs grecs, la Confédération hellénique du commerce et de l’entrepreneuriat (ESEE), l’Union des Chambres de commerce grecques, la Fédération des industries de Grèce (SVE), la Confédération Hellénique des Professionnels, Artisans et Commerçants (GSEVEE) et la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE).