Lundi, 10 Décembre 2018
greek english french

La diplomatie énergétique

En tenant compte de l'intérêt mondial pour les sujets de politique énergétique au 21ème  siècle et du fait que les réseaux de transport de gaz naturel et de pétrole sont des priorités clés de la politique étrangère de notre pays, le Ministère des Affaires étrangères veille systématiquement aux sujets énergétiques internationaux, reconnaissant le secteur de l'énergie en tant qu’ outil de développement à haute valeur ajoutée pour notre pays. Simultanément, la synergie avec les autres autorités compétentes, en particulier le Μinistère de l'Environnement et de l'Énergie, s'avère être forte puisque tous les ministères ont le même objectif sous-jacent. De même, il suit de près les sujets pertinentes qui sont en discussion dans le cadre des organisations internationales et régionales de l’énergie, dans lesquelles des décisions sont prises pour l’avenir énergétique mondial et européen.

La Grèce apparaît comme un pays de transit viable et crédible vers les marchés européens en ajoutant davantage de sources d’énergie et de routes. La politique énergétique de la Grèce a pour principal objectif de maximiser la sécurité énergétique grâce à des interconnexions énergétiques multiples et alternatives, rentables et compétitives. Un accent particulier est mis sur les développements dans les domaines de pétrole et de gaz naturel, des installations de stockage de gaz liquéfié, des réseaux électriques et des développements énergétiques pertinents au sein de l'UE.

Alors que la carte énergétique de l'Europe du Sud-Est et de la Méditerranée orientale change radicalement, la Grèce apparaît comme l'un des piliers les plus importants de paix, de sécurité et de stabilité dans la région. Dans le contexte de la politique étrangère multidimensionnelle et proactive de la Grèce au cours des dernières années, la Grèce et Chypre ont élaboré des schémas de coopération trilatéraux dans la Méditerranée orientale avec l'Égypte et Israël.  La coopération énergétique était et reste encore  un sujet clé, notamment en ce qui concerne la promotion de plusieurs projets énergétiques, tels que "EuroAsia Interconnector" et "EastMed Pipeline" avec Israël, ainsi que "EuroAfrica Interconnector" avec l'Égypte.

Dans le secteur du gaz naturel, la Grèce aspire à devenir un centre de transit (gazoducs, terminaux de gaz naturel liquéfié). Le Corridor Sud est un élément essentiel de la politique énergétique de l'UE, contribuant ainsi à renforcer la sécurité et la flexibilité de son approvisionnement énergétique. Le Corridor Sud comprend le gazoduc du South Caucus (SCP), le gazoduc transanatolien (TANAP) et le gazoduc trans-adriatique (TAP), transférant du gaz naturel du dépôt Caspian (Shah Deniz) au marché européen (Italie du Sud) via la Géorgie, Turquie, Grèce et Albanie. Concernant le TAP, la Grèce soutient également le TAP - IAP (Gazoduc Ionien Adriatique) connexion qui permettra au gaz naturel  azéri de circuler dans les pays des Balkans occidentaux.

La Grèce soutient fermement la mise en œuvre du Couloir de Gaz Vertical, élément clé de la sécurité énergétique régionale, en liant la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et éventuellement d’autres pays de la région. Il facilitera l’accès à des approvisionnements diversifiés par des interconnexions et des terminaux de gaz naturel liquéfié, ainsi que des installations de stockage. Au même moment, l'achèvement de l'interconnecteur gaz naturel entre la Grèce et la Bulgarie (IGB), une partie essentielle du Corridor Vertical, aspire à devenir un «pont» énergétique supplémentaire pour le transport de gaz naturel vers les pays de l’Europe du Sud-Est et Centrale.

Avec TAP, IAP et le Corridor de Gaz Vertical, L'Europe Sud-Est aura certainement accès à des portefeuilles de gaz plus diversifiés et à des prix beaucoup plus compétitifs pour les consommateurs finaux.

En plus, la Grèce attache une importance particulière au rôle du GNL et à la construction de nouvelles installations de stockage, en modernisant le terminal de GNL déjà existant à Revythoussa (+70% de stockage, +40% de la capacité) et en prévoyant un nouveau terminal de GNL à Alexandroupolis (FSRU dans le nord du pays), qui constituera une source supplémentaire de gaz naturel pour le Corridor Vertical.

Grèce, promeut activement une autre voie énergétique vers les marchés européens, à travers le gazoduc East Med (Israël - Chypre - Grèce - Italie), aspirant à devenir un pays de transit pour le gaz naturel israélien et chypriote vers les marchés européens. Dans le même temps, la Grèce soutient également la possibilité de transporter du gaz naturel avec des GNL méthaniers à partir de stations d’exportation situées à Chypre, en Israël et / ou en Égypte (à l’aide des deux terminaux de gaz naturel liquéfié égyptiens déjà existants) vers les terminaux de gaz naturel liquéfié grecs de Revythoussa et d’Alexandroupolis, tout en considérant que la flotte marchande grecqudeja reste l’une des plus grandes au monde.

La perspective d'une interconnexion de la Grèce avec l'Italie via IGI Poséidon gazoduc provenant de diverses sources d’Europe et / ou de l’est de la Méditerranée, servant les besoins en énergie de la region, est, de même, en considération. Le rôle de notre pays dans ces développements est d’une importance cruciale.

Étant donné que l'objectif de la politique grecque est de rendre notre pays un pôle énergétique dans l'Europe du Sud-Est et de renforcer la diversification des sources, la Grèce envisage des procédures concernant le transport de gaz naturel russe vers l'Europe (acheminement sud du gaz russe). Une évolution positive à cet effet a été la signature d'un protocole d'accord (MoU) entre DEPA, Edison SpA et Gazprom (Rome, 24.02.2016) pour le développement d'un nouveau gazoduc russe en direction de l'Italie via la Grèce, dans le cadre d'un plan compatible avec “aquis communautaire" énergétique. La route susmentionnée pour le transport de gaz naturel russe à travers notre pays pourrait contribuer à l'approvisionnement ininterrompu des consommateurs européens grâce à la diversification des routes de gaz.

En ce qui concerne le secteur de l'électricité, les projets d'interconnexions électriques, "EuroAsia Interconnector" et "EuroAfrica Interconnector", sont d’ importance stratégique car, via la Grèce, ils lieront Israël et l'Egypte au marché européen unique de l'électricité.

Quant aux ressources énergétiques domestiques, un cadre rationnel pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures dans notre pays a été mis au point et sera complété afin de certifier un potentiel réaliste susceptible de réduire la dépendance vis-à-vis des importations. Nous coopérons étroitement avec Chypre, car son expérience et son savoir-faire dans ces domaines sont précieux.

Les objectifs énergétiques nationaux pour 2020 dans le secteur de l'énergie constituent un contexte économique fort, dans lequel la Grèce est appelée à exploiter les opportunités offertes par les ressources naturelles nationales disponibles dans les technologies des énergies renouvelables (SER). Ainsi, maximiser la participation de ces sources dans le «mix énergétique», économiser de l’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre. En plus, le Ministère encourage les entreprises et les professionnels nationaux liés aux SER à développer leurs activités sur les marchés étrangers, en utilisant le réseau économique de nos ambassades. La réalisation de ces objectifs contribuera à la sécurité de l'approvisionnement en énergie, à l’utilisation optimale des ressources et au renforcement de la compétitivité des secteurs clés de l’économie grecque.