Mardi, 19 Novembre 2019
greek english french

Droits de l'homme

Depuis le 10 décembre 1948, date à laquelle l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme, la protection des droits de l’homme fait partie intégrante de l’ordre juridique international. Plus de 250 documents internationaux signés depuis portent sur les droits de l’homme (individuels ou collectifs, civils, politiques, culturels, sociaux et économiques).

Les questions ayant trait aux droits de l’homme suscitent un intérêt croissant sur la scène internationale, dans le cadre des initiatives et des actions nationales ainsi qu’au niveau multilatéral. Les violations des droits de l’Homme figurent parmi les menaces potentielles contre la légalité internationale, la paix et la sécurité selon les tendances actuelles de la politique internationale. Tout cela s’intègre dans un cadre en constante évolution d’institutions et de procédures de contrôle des obligations des Etats.

Pour la Grèce, la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la consolidation des institutions démocratiques et le bon fonctionnement de l’état de droit revêtent une importance majeure. La Grèce soutient l’universalité, l’indivisibilité et l’interdépendance des droits individuels et civils d’une part, et des droits économiques, sociaux et culturels d’autre part. De même, notre pays considère que le respect des droits de l’homme, la promotion de la démocratie et de l’état de droit sont étroitement liés à la paix, la justice, la sécurité, la stabilité, l’éradication de la pauvreté et au développement socio-économique dans la cohésion.

Au sein de l’UE et du système des Nations Unies,  la Grèce fait traditionnellement preuve d’un vif intérêt pour tout ce qui touche aux droits de l’homme. Elle participe de manière active et constructive aux principaux forums multilatéraux, tels que la 3e Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil des droits de l’homme.

Le Conseil des droits de l’Homme (CDH) fut créé par décision de l’Assemblée générale de l’ONU en 2006, en remplacement de la Commission des droits de l’homme. La Grèce a soutenu de manière active les efforts visant à la mise en place d’un CDH efficace, doté d’un statut valorisé et de structures fonctionnelles et substantielles et accorde une importance particulière  à la contribution des mandataires des Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme, lesquels sont toujours les bienvenus en Grèce. Des visites ont été récemment effectuées en Grèce par François Crépeau, rapporteur spécial de l’ONU chargé des droits de l’homme des migrants (26/11–3/12/2012) et par le groupe de travail de l’ONU chargé des Détentions arbitraires (21–31/1/2013).

Par ailleurs, notre pays a signé et ratifié toutes les grandes conventions internationales sur la protection des droits de l’homme établies dans le cadre des Nations Unies depuis les années ‘60. Respectueuse des obligations qui découlent de ces textes, elle présente des rapports périodiques auprès des Comités prévus par les Pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques (ICCPR) et aux droits économiques, sociaux et culturels (ICESCR), ainsi que par les conventions internationales pour l’élimination de toute forme de discrimination raciale (CERD), contre la torture (CAT), pour l’élimination de toutes les formes de discrimination aux dépens des femmes (CEDAW) et pour les droits de l’enfant (CRC).  Au cours de ces cinq dernières années, elle a déposé et défendu oralement des rapports auprès des commissions ci-dessus.

S’agissant de l’ensemble des questions liées aux droits de l’homme dont s’occupent les instances des Nations Unies, le ministère des affaires étrangères coopère étroitement avec les différents ministères compétents en la matière en vue d’améliorer ou de renforcer la protection des droits de l’homme au niveau national, dans le respect des conventions internationales et des recommandations spécifiques des commissions compétentes de l’ONU.

Déclaration du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme (10 décembre 2014)

Dernière mise à jour jeudi, 11 décembre 2014