Jeudi, 6 Mai 2021
greek english french
Accueil arrow Actualité arrow A la Une arrow Déclaration du ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, à l’issue du Conseil des Affaires étrangères de l’UE (Bruxelles, 13.07.2020)

Déclaration du ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, à l’issue du Conseil des Affaires étrangères de l’UE (Bruxelles, 13.07.2020)

lundi, 13 juillet 2020

Déclaration du ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, à l’issue du Conseil des Affaires étrangères de l’UE (Bruxelles, 13.07.2020)L’escalade du comportement infractionnel de la Turquie et sa dérive autoritaire était au cœur de notre discussion.

La reconversion de la Basilique de Sainte Sophie en mosquée a été sévèrement condamnée. La Turquie a été invitée à revenir sur sa décision.

J’ai évoqué, au cours de ce Conseil, les graves répercussions du comportement infractionnel de la Turquie sur la sécurité et la stabilité en Méditerranée orientale. Je me félicite de la solidarité exprimée par les partenaires à l’égard de la Grèce et de Chypre concernant les actions illégales de la Turquie à l’encontre de notre souveraineté et de nos droits souverains. La proposition d’établir une liste de mesures appropriées, à savoir des sanctions permettant à l’UE d’apporter une réponse efficace au comportement infractionnel de la Turquie si celui-ci se poursuit, a recueilli un large consensus.

Nous sommes par ailleurs convenus que M. Borrell recherche des moyens d’atténuer les tensions avec la Turquie, dans le strict respect des conclusions du Conseil. A la demande des parties grecque et chypriote, le comportement infractionnel de la Turquie fera l’objet de nouvelles discussions lors du Conseil informel de Berlin en août prochain, et non lors du Conseil ordinaire de septembre comme prévu initialement. J’ai également informé mes collègues que je demanderai la convocation d’un Conseil extraordinaire si l’escalade du comportement infractionnel de la Turquie devait se poursuivre jusqu’au Conseil informel.

Enfin, en ce qui concerne, plusieurs pays, dont la Grèce, ont fait état de la violation de l’embargo par la Turquie et ont condamné l’incident impliquant un navire de la marine française. La Turquie a, par ailleurs, été invitée à faire preuve d’une attitude constructive et à cesser de violer l’embargo sur les armes en Libye.